Russie Agent Commerciale Exporter en Russie et pays CEI Osez le marché russe! russe France Russie Business Forum English
Russie et pays CEI: conseil, export et commerce.

Nouvelles du marché russe et les pays CEI.

Pour être sûr de ne pas manquer les dernières informations sur l’actualité de marché russe et nos projets et services gratuits, inscrivez-vous à notre NewsLetter.
Sujet : Georgie

Dernières tendances concernant les investissements turcs en Géorgie.

 
GeorgieQuelles sont les dernières tendances concernant les investissements turcs en Géorgie et en Azerbaïdjan ? La proximité géographique et culturelle représente-t-elle un attrait particulier pour les investisseurs turcs ? Les derniers chiffres montrent que la Turquie a l’intention de s’imposer comme un investisseur sérieux dans le Caucase, qui entend diversifier ses investissements dans d’autres secteurs que celui de l’énergie.

La Turquie est le deuxième partenaire commercial de la Géorgie. Représentant 27% du total des importations géorgiennes, les exportations turques ont augmenté de 68 millions de dollars en 1995 pour atteindre 131 millions de dollars en 2000. Les produits alimentaires constituent la plus grande partie des exportations turques vers la Géorgie, suivis en seconde place par les composants automobiles, la machinerie et les fournitures. Il y a eu assez peu de changements, au fil du temps, dans la composition de ces produits d’export. Alors que la Russie devenait le deuxième partenaire commercial de la Géorgie, particulièrement à la suite de la crise russe de 1998, des produits russes de qualité médiocre exportés en large quantité vers la Géorgie ont réduit la compétitivité des exportations turques. En matière d’investissements directs, la Banque centrale de Géorgie a indiqué que le stock d’investissements étrangers turcs a atteint 175 millions de dollars entre 1997 et 2005.

Malgré ces chiffres à la hausse, les investissements turcs ne sont pas les plus importants en Géorgie. Les États-Unis et le Royaume-Uni sont les deux sources principales en matière d’investissements étrangers et les volumes d’investissement sont bien plus importants que ceux provenant de la Turquie. Il semblerait que la Turquie ne parvienne pas à tirer suffisamment avantage de sa proximité géographique.

En 2004, les investissements directs turcs ont atteint 30 millions de dollars, ce qui correspondait à 23% de tous les investissements étrangers en Géorgie. La majorité de ces investissements est allée vers le secteur des télécommunications, de la manufacture, des activités portuaires, de l’emballage en verre et de la mise en bouteilles de l’eau. A l’inverse, dans le secteur de la construction, les investissements turcs sont limités. Des entrepreneurs turcs ont toutefois obtenu, dernièrement, des contrats de construction pour un total de 88 millions de dollars.

Mais, les récentes négociations commerciales sur plusieurs dossiers - les douanes, les investissements directs, les taxes, la coopération technique et les conflits commerciaux - se sont révélées prometteuses. La Turquie prévoit d’investir 5 milliards de dollars en Géorgie sous la forme d’investissements directs, d’exportations, d’importations et du financement de divers projets. Elle lorgne en particulier les domaines de l’énergie, l’agriculture et la construction, secteurs dans lesquels elle peut recourir à une expertise nationale.

Les principales compagnies turques ou affiliées à la Turquie et qui sont présentes en Géorgie sont la Mina Joint Stock Company, Geocell, Sener Arda Group, Delta Petroleum Company et des sociétés de construction - Baytur, Borova, Burc, Ustay et Zafer.

Similairement à d’autres pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI), les investissements étrangers en Géorgie visent généralement à extraire et transporter des ressources naturelles et à privatiser des entreprises d’État. Les plus importants investissements étrangers ont été effectués entre 2003 et 2004. Ils sont en grande partie à mettre sur le compte de la construction des oléoducs Bakou-Supsa et Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC). Seule ombre au tableau, ces secteurs ne contribuent guère à la production nationale, à l’emploi et à l’activité économique. Des investissements étrangers vers d’autres secteurs, comme la manufacture, pourraient en revanche permettre de relancer l’activité économique, offrir des opportunités d’emploi et stimuler d’autres secteurs.
Format imprimable Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Publié le 22 mai 2006 à 13:56:36 MST
Sujet(s) associé(s) à l'article:
Azerbaïdjan
Azerbaïdjan
dernière article ajoutée 2007-01-28 09:13:43

• Le Mugam Azéri. Mugham d'Azerbaidjan.

Le Mugham azéri est un genre musical extrêmement structuré qui se prête à un haut degré d’improvisation ou de « recomposition » lors de son exécution. Ayant essentiellement un caractère urbain, cet art de la société azérie se pratique en toutes sortes d’occasions et s’inspire de mélodies, de rythmes et de techniques instrumentales d’origine rurale. ...

Dernières articles ajoutées
· Une Russie qui se ravise, ou une Géorgie qui s'amende.
· CEI: nouvel anniversaire ou éclatement ?
· Liberté d’expression : deux poids, deux mesures.
[ retour ] [ archives des articles ]
mention légale Certification de produits en Russie Osez le marché russe! Annuaire de site web Export Russie RSS