Russie Marché CEI. Agence de conseil et d'accompagnement. Agence Agent Commerciale. Commerce russe.

Economie russe: gros recul à prévoir d'ici 2011


Date: 24 novembre 2007 à 08:01:15 MST
Sujet: Russie

Grâce à la croissance des prix du pétrole, la Russie n'enregistrera une balance commerciale négative qu'en 2011, et non en 2009, indiquent des prévisions réactualisées du ministère russe du Développement économique et du Commerce (MERT).

Mais ceci ne change rien à la tendance générale. "Nous nous acheminons progressivement vers une dépression", indiquent les experts. Une balance commerciale négative peut entraîner un manque d'argent dans l'économie et un ralentissement de sa croissance.

Le ministère prévoit que le solde positif de la balance commerciale de la Russie se chiffrera à 129-130 milliards de dollars en 2007, a annoncé mercredi Andreï Klepatch, directeur du département de prévisions macro-économiques du MERT. Ces chiffres sont supérieurs à ceux auxquels on s'attendait au ministère, car la situation de la balance commerciale dépend aujourd'hui de plus en plus des prix du pétrole, qui ont beaucoup augmenté cette année.

Les prévisions du MERT et du ministère des Finances selon lesquelles la balance commerciale russe devait être négative en 2009 ne se réaliseront donc pas, et cette régression devait être enregistrée plus tard. D'après M. Klepatch, le solde positif de la balance commerciale russe pourrait baisser à 13 milliards de dollars vers 2009 et "passerait en négatif" d'ici 2011.

Vladimir Rojankovski, analyste de la compagnie d'investissement Ak Bars Finance, se déclare tout à fait d'accord avec ce pronostic. "Le rouble se renforce face au dollar et à certaines autres devises. Mais compte tenu du fait que notre économie, qui est nominée en dollars, est orientée à l'exportation, nous nous acheminons progressivement vers une dépression", explique-t-il. A l'heure actuelle, la balance commerciale chute en termes réels, et ce processus est irréversible, note pour sa part Anton Stroutchenevski, économiste de la compagnie d'investissement Troïka Dialog.

Dans ce contexte, l'économie russe risque de se retrouver sans argent. Eu égard à la baisse progressive de la balance commerciale, c'est l'afflux de capitaux étrangers qui jouera le rôle décisif dans le pays par la suite, ajoute Andreï Klepatch.

Selon Natalia Orlova, économiste en chef de la banque Alfa, dans cette situation-là, il faudra dévaluer la monnaie. Car en 2011, le raffermissement du rouble pourrait bien être remplacé par un raffermissement du dollar ou de l'euro. Comme alternative à une ouverture maximale de l'économie russe aux capitaux étrangers, on pourrait recourir au rapatriement des capitaux russes, ce qui pourrait résulter d'une amnistie fiscale, suppose l'experte.

Le seul remède serait de renoncer à la dépendance aux exportations et de développer le marché intérieur, souligne de son côté Vladimir Rojankovski. Il importe de diversifier l'économie, en diminuant sa dépendance vis-à-vis des exportations de matières énergétiques. "Or, nous n'entendons que de vains propos sur la diversification de l'économie, aucune action réelle n'a encore été accomplie", s'indigne l'analyste.




eLigne est une agence de conseil et d'accompagnement pour les entreprises françaises sur les marchés de la Russie et de la CEI.
http://www.eligne.com

L'URL de cette page est :
http://www.eligne.com/102-economie-russe-gros-recul-prevoir-2011.html